L’égoïsme, le plus grand facteur du désaccord

L’égoïsme, le plus grand facteur du désaccord

Le plus grand obstacle à la résolution des différends familiaux, c’est l’arrogance et l’égoïsme, preuve de la présence d’une maladie morale. Malheureusement de nombreuses personnes sont touchées par cette maladie pernicieuse. Ceux qui en sont affectés ont l’œil de leur esprit aveuglé. Ils ont une bonne image d’eux même, se sentent grand et ne voient pas leurs propres défauts. Lorsque cette maladie est ajoutée à la maladie qui ne consiste qu’à voir les défauts des autres, le conflit s’établit. Parfois l’homme et la femme sont tous les deux touchés par cette maladie, parfois l’un d’entre eux seulement. Si les deux personnes sont souffrantes, il y aura des querelles et des critiques nuit et jour. Chacun verra chez l’autre un défaut, l’exagèrera et se mettra à le critiquer. Mais chacun se sentira protégé des imperfections. Et si c’est l’un d’entre eux seulement qui est affecté, il sera seul à émettre des critiques sur l’autre, en se flattant d’être propre et sans défauts. A supposé que l’homme et la femme soient touchés par cette maladie, l’amélioration leur sera très difficile à atteindre, parce qu’ils se disent sans défauts et qu’ils ne font pas attention aux conseils et aux recommandations. Lorsqu’ils écoutent une émission sur la famille, si le sujet de ce programme est en relation avec les défauts, ils en affubleront immédiatement le conjoint, en prétextant bien comprendre ce sujet, sans faire attention à la poutre qu’ils portent dans leur propre œil. Ils achètent des livres sur l’éthique de la famille pour leur conjoint afin qu’il les lise et les mette en pratique, mais ne voient pas la nécessité de les utiliser pour eux-mêmes. Parce qu’ils croient dur comme fer, être à cent pour cent sans défauts. Il est possible que l’égoïsme de certains soit si ancré en eux, qu’ils ne s’apercevront même pas qu’ils sont malades.

Il est plus qu’évident qu’il sera très difficile voire impossible d’améliorer la situation et de trouver une solution aux problèmes causés dans les familles, par cette maladie aux conséquences néfastes. De telle sorte que les désaccords, l’inimitié, la souffrance et la peine mèneront les époux au divorce et à la séparation.

Par conséquent, à toutes les familles dans lesquelles le désaccord c’est implanté, il est recommandé aux époux de lâcher la main de l’orgueil et de l’égoïsme, et de ne plus chercher à se stigmatiser mutuellement. Sans étroitesse d’esprit ni égocentrisme, il serait convenable pour l’un et l’autre de saisir une opportunité pour s’assoir et parler des différends, comme deux juges justes et honnêtes. Ils devront alors s’écouter et avoir l’esprit ouvert. Avec l’intention de s’améliorer, sans complaisance et en faisant preuve d’attention, chacun devra parler de ses propres défauts. Ensuite ils devront travailler ensemble, pour corriger les corriger. Si vous ressentez le besoin irrésistible de vous accorder et de solutionner vos désaccords, vous serez en mesure de vraiment vous comprendre et vous retrouverez la satisfaction, la paix et l’amour.

Si vous vous sentez incapables de résoudre vous-même vos différents, faites appel à un arbitre conscient de l’importance que revêt votre processus, bienveillant, fidèle, sincère et expérimenté. Si cet arbitre ou ces arbitres font partie de vos proches, c’est mieux. Animés d’une réelle intention de se corriger et de s’améliorer, ils n’auront ni plus ni moins qu’à suivre ses directives. Ils écouteront ses paroles et devront s’il y a des obstacles, se conformer à son arbitrage. Ils se serviront de ses commentaires et de son arbitrage, pour mettre ensemble progressivement à exécution ses directives. Dans ce cas, la bonne entente et la paix seront de retour chez eux. Cependant, laisser tomber le jeu de rancune, l’égoïsme et appliquer les directives contenues dans un jugement  juste, n’est pas une tâche facile. Mais l’être humain réfléchi, qui se soucie de sa survie, de sa  stabilité, de sa tranquillité et attaché à sa famille, devra impérativement abandonner son égocentrisme, pour être en mesure de profiter des fruits de son précieux travail de réforme.

Les parents et la proche famille devront éviter, s’ils constatent la présence d’un conflit entre les époux les cris et les esclandres, garder leur neutralité et tout faire pour empêcher qu’il ne dégénère. Ils devront rechercher la raison profonde des désaccords et en arbitres expérimentés, bienveillants et sincères leur prodiguer une assistance salutaire, jusqu’à ce que DIEU les aide à résoudre leurs différends.

DIEU dit dans le Saint Coran : « Si vous craignez la rupture (de lien) entre eux (les époux), convoquez un arbitre de la famille du mari et un arbitre de la famille de la femme. DIEU rétablira l’entente entre eux, s’ils veulent une réconciliation, car DIEU est Omniscient (et) Il connaît tout ».[307]

 

[307] ANNISÂ’ (Les Femmes) : Verset 35.