L’éthique masculine

L’éthique masculine

Toute la vie se déroule conformément à un programme structuré. Les évènements se succèdent dans un Ordre mystérieux. Notre existence humaine dans ce vaste univers ressemble à une petite particule qui se déplace et entre en collision avec d’autres particules. Le fonctionnement du monde ne dépend pas de nous et les évènements ne sont pas fondés à partir du désir humain.

Du matin au soir, nous serons peut-être confrontés à des dizaines d’incidents. Par exemple les scènes de la vie d’une entreprise, qui ne sont pas sans rappeler le champ de bataille. Vous pourriez avoir été blâmé par votre patron pour être arrivé en retard. Vous pourriez être en colère et bouleversé, ce qui vous rendrait potentiellement explosif et brulant comme le napalm… Et lorsque vous rentrerez chez vous, vous chercherez alors à vous venger sur votre famille. A votre arrivée, les enfants s’enfuiront de vous comme des colombes effarouchées. A DIEU ne plaise que vous ne trouviez jamais le moindre prétexte pour vous en prendre à eux.

La nourriture trop salée ou sans sel, votre thé n’est pas prêt, les enfants font du bruit, la maison est en désordre, un reproche de votre épouse, chacune de ces choses pourrait devenir pour  vous, une bonne excuse pour exploser. Vous allez transformer ce bel environnement, ce  refuge, en enfer brulant. Si les enfants pouvaient s’enfuir et errer dans les rues à cause de vous, ils le feraient. Ils comptent les secondes et patientent jusqu’à ce que vous quittiez la maison. La situation et le sort de votre famille sont en suspend. Des querelles et des cris pour de l’eau qui ne serait pas passée assez agréablement dans votre gorge, à cause la situation générale de la maison que vous définissez comme inadaptée, face à l’agacement légitime de votre épouse devant vos agitations quotidiennes.

L’attitude de ce chef de famille, qui rentre à la maison et ne contrôle pas ses nerfs est contre-productive. Il sera responsable de toute cette misère. Il ne trouvera dans ce monde ni le confort ni la joie et sera puni dans l’autre monde. Cher Monsieur ! Les phénomènes inhérents à ce monde, échappent à notre volonté. L’adversité et la souffrance font partie intégrante du monde. Chacun de nous dans sa vie y sera confronté. Par conséquent, nous devons être prêts à les accepter. La personnalité qui semblera se dégager le mieux des difficultés, sera celle de celui qui aura adopté la meilleure attitude et aura combattu avec force pour trouver des solutions. L’homme est fort capable de patience, de résistance, d’endurance et de perspicacité sur les épreuves de la vie. N’est-ce pas honteux de perdre son sang-froid, de pleurer ou de piquer une crise lorsque l’on doit affronter les petits évènements de tous les jours ? Et après tout, si l’adversité vous met si mal à l’aise, votre femme et vos enfants en sont-ils coupables ? A supposé que vous viviez des évènements désagréables, ceux-ci pourrait s’analyser de la manière suivante: s’il s’agit d’évènements indépendants de votre volonté avec lesquels vous ne pouvez interagir, ne paniquez pas, ne vous énervez pas et qu’ils ne vous mettent pas de mauvaise humeur, car nous ne sommes pas responsables de leur apparition, puisqu’ils font partie intégrante de la destinée humaine. Accueillez-les plutôt avec bravoure, l’esprit ouvert et le visage souriant, fort d’un esprit courageux et inoxydable. S’il s’agit en revanche d’évènement qui découlent du comportement de l’être humain, se sera à lui de faire travailler son intelligence, pour trouver des solutions adaptés.

Votre épouse également travaille de l’aube au crépuscule. Elle doit s’occuper des enfants, prendre soin de la maison, faire la lessive, la cuisine, le repassage. Arrivée à la fin de la   journée, elle percevra en elle de la lassitude et un sentiment d’irritabilité. Elle attend qu’à votre retour, vous lui fassiez profiter de la bonté de votre cœur. Vos enfants aussi ont le cerveau et les nerfs fatigués par leur journée passée à l’école, à la maison ou au travail. Parlez-leur avec des mots doux. Enseignez-leur l’éthique dans le travail. Montrez-leur que vous les aimez. Rendez-les heureux. 

Comment une femme qui a toujours cherché à encourager son mari dans les moments difficiles, pourrait-elle espérer vivre une vie d’amour et de passion, dans « la  maison du martyre » ? Et quel pourrait-être l’orientation tragique ou le destin dangereux de ces enfants évoluant dans un tel environnement ? Les querelles et les incohérences permanentes des parents, auront des effets assurément néfastes sur les âmes sensibles de ces enfants. Ils pourraient devenir des personnes agressives, furieuses, féroces, cyniques. Et pourquoi pas plus tard s’associer à des charlatans, au sein d’une communauté construite pour détourner les gens du bonheur. Etant devenu quasiment impossible pour eux de résoudre leurs problèmes psychologiques, ils pourraient se lancer dans des activités dangereuses telles que l’assassinat, le vol ou les actes suicidaires. Pour les cas de criminalité résultant d’une enfance tumultueuse au sein de certaines familles, je vous invite à étudier les statistiques alarmantes figurant dans les journaux et les magazines. Les évènements de notre époque ne produisent pas à eux seul les conflits dans le couple. Mais lorsque vous les associerez à l’anxiété et la frustration, eux même dérivées de la faiblesse des nerfs, vous dévoilerez ainsi, l’une des causes importantes de l’instabilité du foyer conjugal.

Monsieur! Votre épouse et vos enfants sont au rendez-vous avec des centaines d’aspirations et de rêves. Méritent-ils que vous opposiez à leurs attentes légitimes un visage renfrogné et une attitude sévère ? Ne transformez pas le cocon familial en une terrible prison dont vous seriez le geôlier. Soyez raisonnable, ne les fatiguez pas et ne les mettez pas en colère. Protégez-les. Si vous n’êtes pas miséricordieux envers eux, que DIEU ait pitié de vous ! Fatigués et stressés en permanence, pourraient-ils rester en bonne santé? Comment cette situation, avec les problèmes et la souffrance qu’elle engendre, peut-elle continuer jour après jour ? Ne vaudrait-il pas mieux en cas de difficulté sourire et sans se mettre en colère, essayer de trouver des solutions adaptées ? Il serait préférable de vous détendre, de marcher, de vous revigorer avant d’arriver à la maison. Ne vous inquiétez pas, avec la « maitrise de soi », vous dominerez toujours votre tristesse et votre colère. Dites-vous : « les irritabilités et les crises de colère ne résolvent pas les problèmes et il n’est pas nécessaire d’en créer de nouveaux, dans la mesure où je veux me reposer, me rafraîchir les idées, être à l’aise avec les miens et soulager mes nerfs ». A cette pensée, les accidents et les difficultés de la vie seront temporairement oubliés. Vous arriverez chez vous heureux et souriant. Laissez vos problèmes au seuil de la porte d’entrée. Surprenez agréablement votre famille avec des mots chaleureux, un cœur joyeux et votre bonne humeur. Profitez des loisirs à votre disposition et de vos temps de repos. Vous aurez alors remporterez, une grande victoire sur les difficultés de la vie. Et à bien des égards, les vôtres sauront vous en être très reconnaissants.

Le Prophète (PBDLF) a dit : « Le meilleur d’entre vous, c’est celui qui a le meilleur comportement et qui fait du bien à sa famille »[62].

Il a dit également (PBDLF) : « Rien de mieux que les bonnes manières »[63].

L’Imam Jafar a-Sâdiq (as) a dit : « La justice et les bonnes mœurs suffisent à remplir une maison de bénédiction »[64].

Il a dit aussi (as) : « Le mauvais comportement est une torture pour l’âme »[65].

Le sage Lûqman (as) a déclaré : « Les hommes sages devraient avoir le comportement de l’enfant avec leur famille, et garder leur virilité hors de la maison »[66].

Le Prophète (PBDLF) a dit : « Il n’y a pas mieux que le bon comportement »[67].

Il a dit également (PBDLF) : « la bonne éthique est la moitié de la foi »[68].

Il a été rapporté que lorsque Sa’ad ibn Ma’adh, l’un des grands Compagnons du Saint Prophète (PBDLF) est mort, le Noble Prophète (PBDLF) a pris part à ses funérailles avec les pieds nus, comme s’il avait perdu quelqu’un de sa propre famille. Le Prophète (PBDLF) a placé le cadavre dans la tombe avec ses mains pieuses et la recouvert. La mère de Sa’ad qui observait avec respect le Saint Prophète (PBDLF) s’adressa à son fils et lui dit : « ô Sa’ad, es-tu heureux au Paradis ? Le Prophète (PBDLF) lui dit : « ô mère de Sa’ad, ne dites pas cela ! Parce que Sa’ad vient de connaitre « Daghtat al Qabr » (tourment par voie de compression dans la tombe). Plus tard, lorsque le Prophète (PBDLF) fut questionné il répondit : « C’est parce que Sa’ad était irritable avec sa famille »[69].

 

[62] Biharou-Anwar 103/226.
[63] Et.
[64] Ashafi 1/166.
[65] Masdar sâbiq 176.
[66] Al Mahdjatou Bayda 2/54.
[67] Biharou-Anwar 71/389.
[68] Masdar sâbiq 385.
[69] Masdar sâbiq 73/298.