Ne prêtez pas attention à la médisance

Ne prêtez pas attention à la médisance

La médisance chez les gens ordinaires, est un des traits de la méchanceté. En plus de sa laideur, elle provoque la corruption, le cynisme, la méfiance, la discorde et la haine. Elle détruit l’amitié, sème la discorde au sein des familles et sépare les mariés. Elle est à l’origine des homicides et de la criminalité.

Malheureusement elle est si répandue parmi les gens, que personne ne semble même plus y faire attention. Commérages et médisance se rencontrent à tous les coins de rue, surtout entre femmes. Elles ont lors de leurs rencontres, une fâcheuse tendance à dénigrer tout le
monde, comme s’il s’agissait pour elles d’une compétition avec un prix à la clé. Le plus incroyable, c’est cette fâcheuse manie qu’elles ont de parler des autres et non pas d’elles-mêmes. Une femme pourrait médire sur le mari d’une autre parce qu’il est par exemple mécanicien ou cordonnier. Si le mari est conducteur elle pourrait lui dire : « Votre mari est toujours en voyage, comment pouvez-vous faire face à cela ? ». S’il est un artisan boucher : « Votre mari doit toujours sentir la graisse ». S’il ne gagne pas beaucoup d’argent : « Comment pouvez-vous vivre avec si peu d’argent ? ». Ou pour autre chose : « dommage qu’une belle femme comme vous ai épousé un homme aussi laid et aussi maladroit ! ». Ou encore: « Pourquoi avez-vous épousé un tel homme ? ». Ou quelque fois: « A moins que vos parents en aient eu assez de vous, au point de vous laisser épouser n’importe qui ? ». Ou bien : «  Avec des centaines de prétendants autour de vous, pourquoi avez-vous choisi un homme analphabète, dogmatique et triste ? ». Ou parfois: « Il ne vous emmènera même pas au cinéma pour vous faire plaisir ». Ou alors : « Il a un visage assombri…Comment arrivez-vous à vivre avec lui ? ». Ou peut-être : «Comment avez-vous pu après toutes vos études, choisir d’épouser un paysan ? ».

Un grand pourcentage de ces femmes échange entre elles ce genre de remarques. Celles qui se lancent dans ce genre de diatribes, ne pensent pas aux conséquences de leurs actes. Elles ne savent pas que la médisance peut conduire au divorce mais aussi au meurtre. Ces femmes sont le mal personnifié. Elles sont les ennemis des familles, du confort des maisons, de l’entente entre les époux. Par leur entremise, Satan (Le Maudit) répand la discorde, l’hostilité et la haine. Elles sont instigatrices du mal, provoquent l’effondrement du foyer conjugal et favorisent l’émergence des ténèbres et du mal dans la société.

Que faut-il faire ? C’est un des caractères hideux de notre société. L’Islam déconseille purement et simplement cette pratique, mais la société a du mal à y renoncer.

Le Saint Prophète(PBDLF) a dit : « Pour la langue de ceux qui prétendent être musulmans, mais la foi n’est pas entrée dans leurs cœurs… Ne recherchez pas les défauts des croyants, car quiconque recherche les défauts des croyants, Allah Glorifié soit-Il recherchera son défaut, et lorsqu'Allah Exalté soit-Il recherche le défaut de quelqu'un, IL Le tout-Puissant le met à nu, même s'il est à l'intérieur de sa maison ».[100]

Ces femmes infernales peuvent avoir différents objectifs. Elles médisent dans un souci de vengeance et pour briser une famille, par jalousie et envie, par orgueil, par vanité, pour se donner de l’importance, pour masquer leurs défauts, pour paraitre bienveillantes et compatissantes, pour tromper les femmes naïves, parfois pour rien d’autre que la distraction et leurs intérêts propres. Il est clair que l’intention n’est ni la bienveillance ni la compassion. C’est un état d’esprit laid qui prévaut dans notre société, entre les hommes et les femmes. Il détruit les amitiés, génère des guerres, brise les vies, suscite des crimes. Comme nous pouvons le voir, ses effets sur le peuple sont très dangereux et nuisibles.

Chers lecteurs, vous trouverez bien sûr autour de vous, de nombreux exemples de tels évènements. En voici un : Une femme nommée… a dit au cour de son procès: « Un proche a commencé à me parler de mon mari, pour provoquer un affrontement entre lui et moi. Il me disait qu’il n’était pas assez bien pour moi, et il trouvait dommage que je ne sois pas avec lui. Il voulait que je divorce de mon mari pour l’épouser. Nous avons alors décidé de tuer mon mari ».[101]

Chers Monsieur et chère Dame ! Maintenant que vous vous êtes rendu compte que ces gens ont de mauvaises intentions, la solution est entre vos mains. Si le sort de votre mari et de vos enfants vous importe, ne vous laissez pas manipuler ni tenter par les bêtes à formes humaines. Eux savent qu’ils ne sont absolument pas vos amis. Ils sont ennemis de votre bonheur et de votre prospérité. Ne soyez ni naïfs, ni crédules en face d’eux, mais soyez clairvoyants et tranchants.

Si une femme critique votre mari, stoppez-la immédiatement sans vous sentir gênée et dites-lui : « Si vous voulez que nous restions
amies, arrêtez de dire du mal de mon mari. Je l’aime, et mes enfants et moi sommes heureux de vivre avec lui ».

Lorsque vous parlerez franchement à ces gens et qu’ils se rendront compte que vous aimez votre mari  et vos enfants, vous vous débarrasserez définitivement d’eux. N’ayez pas peur de ceux qui s’irritent lorsqu’ils s’aperçoivent que vous n’êtes pas dupes. Ne pensez pas que vous perdrez des amis. Si ce sont vos vrais amis, ils ne devraient pas se sentir blessés, mais plutôt vous remercier. Ce sont vos ennemis et il est bon de couper les liens avec eux. 

 


[100] Biharou-Anwar 57/218.

[101] Journal Etilaat 27 Âbân 1350.