Le gestionnaire de la famille

Le gestionnaire de la famille

Chaque entreprise, chaque bureau, chaque usine, chaque atelier, en définitive chaque organisation sociale a besoin d’un responsable de gestion. La coopération existe entre le personnel, mais sans gérant l’organisation sociale en question ne fonctionnera pas bien. Et la famille étant la plus importante et la plus précieuse des institutions, ses membres auront besoin plus que d’un gérant, d’un modérateur.

Etant donné la nécessité d’une entente, d’une compréhension et d’une coopération entre les membres de la famille, la présence d’un tuteur sage et prudent dans la maison est indispensable. Chaque maison aura besoin d’un gestionnaire mesuré, sinon certaines choses pourraient mal se passer. L’homme et la femme pourront  prendre en main cette gestion, mais parce que sa raison l’emporte plus souvent sur ses émotions, Le SEIGNEUR par Sa Sagesse a placé cette énorme responsabilité, sur les épaules de l’homme. Le Saint Coran nous dit : « Les hommes ont autorité pour s’occuper (et assumer la charge et la direction) des femmes en vertu du surcroît d’avantages que DIEU a conféré à ceux-là par rapport à celles-ci, et en vertu (aussi) des dépenses qu’ils font de leurs biens (en faveur de leurs femmes)… ».[223]

C’est donc au bon père de famille, à la tête d’une grande tribu d’assurer cette fonction avec discrétion et humilité.  Il ne s'agit pas ici d’occulter l’importance et le rôle éminent des femmes, mais plutôt de sauvegarder l’ordre et la discipline, au sein de la famille.

Pour réussir cependant à porter un jugement consciencieux sur cette question, certaines Dames devront mettre de côté leurs préjugés et leurs émotions brutes.

Un Dame a déclaré : « Nous avons eu en Iran une bonne tradition, qui malheureusement a disparu peu à peu. Dans cette tradition, c’était l’homme qui dirigeait la famille iranienne, alors qu’aujourd’hui la situation est devenue compliquée, puisque l’errance a pris la tête des familles. En effet dans de nombreux cas, les femmes se sont emparées de la gérance du foyer conjugal au détriment de l’homme, pour s’ériger ensuite à la tête des familles.[224]

Bien que les problèmes de la vie et les occupations quotidiennes ne lui permettent pas d’intervenir dans toutes les affaires familiales, l’essentiel des travaux ménagers étant placés sous le désir et la volonté de son épouse, il n’en demeure pas moins le superviseur et cela devra être respecté. S’il veut exprimer son opinion, par exemple en intervenant de manière minime dans l’organisation des tâches ménagères, son épouse devra tenir compte de ses propositions, en leur accordant un caractère prépondérant sur tout autre avis. Elle ne devra pas s’opposer à lui, au risque de mettre à mal son ascendant  naturel et son prestige. Blessé par sa façon d’agir, il pourrait alors essayer de prendre sa revanche dans l’espoir de se venger et développer à son encontre, une rancune tenace.

Le Messager de DIEU (PBDLF) a dit : « Une bonne femme est à l’écoute de son mari et agit conformément à ses directives ».[225]

L’Epouse du Prophète de DIEU (PBDLF) lui demanda quel était le devoir d’une femme envers son mari.

Le Noble Prophète (PBDLF) lui répondit : « Il faut qu’elle lui obéisse et ne transgresse pas son commandement  ».[226]

Et Le Prophète de l’Islam (PBDLF) a également dit : « La plus mauvaise des femmes, c’est celle qui fait preuve d’obstination et est inflexible ».[227]

Le Messager de DIEU (PBDLF) a aussi dit : «Les plus mauvaises des femmes sont celle qui sont stériles, sales, obstinées et désobéissantes ».[228]

Chère Dame !

Acceptez la grande charge et la fonction de superviseur de votre mari et consultez-le à maintes occasions. Ne lui opposez pas de résistance acharnée, ne vous braquez pas, ne tentez tout simplement pas de transgressez ses directives. Ne refusez pas ses initiatives ou sa participation dans l’agencement ou dans l’exécution des tâches domestiques. Vous initierez ainsi vos enfants au respect et à la souveraineté de ses décisions et leur enseignerez comment ne pas enfreindre son commandement.

Bien élevés et obéissants, ils conserveront ainsi leur respect envers leur père et vous, toute leur vie durant.

 


[223] ANNISÂ (Les Femmes) : Verset 34.

[224] Journal Etilaat 17 Mordôd 1351.

[225] Biharou-Anwar 103/235.

[226] Masdar sâbiq 248.

[227] Moustadrakou Alwassail 2/532.

[228] Shâfi 2/129.