La mère de l’épouse

La mère de l’épouse

L’ingérence et le harcèlement de la mère de l’épouse, déclencheront des divisions au sein du couple. L’équilibre des membres de la famille sera alors touché, au point de mettre parfois leurs vies en jeu.

Pour elle, l’époux de sa fille doit posséder toutes les qualités et être dénué de défauts. Il  devra être absolument parfait. Il devra également rende sa fille heureuse et la combler de bonheur. Elle finira donc par choisir un mari pour sa fille, à sa convenance. Tout d’abord, elle pensera de lui qu’il s’agit du mari idéal puisque c’est elle-même qui l’a choisi. Il sera accueilli et estimé par sa belle-famille. Il se dira alors en lui-même : « Mes petits défauts seront corrigés plus tard, avec des conseils et une bonne orientation ».

Par la suite si le nouveau marié se conforme aux désirs de sa belle-mère tout se passera bien. Mais prendre en main les rênes de son foyer en ne tenant plus compte de ses avis, n'augurera rien de bon pour lui. Au début elle pourrait décider d’utiliser son expérience acquise du mariage, comme modèle pour les jeunes mariés et tenter de leur imposer sa vision des choses. Elle soufflera alors constamment sur eux le chaud et le froid, faisant parfois preuve de compassion et de bienveillance à leur égard. De temps en temps elle tentera de leur imposer une direction à suivre. De temps à autre elle se plaindra, se mettra en colère et provoquera  des disputes.

Sa meilleure arme étant son influence sur sa fille, elle s’en servira pour atteindre ses objectifs. Elle provoquera des conflits et exigera ensuite des excuses. Elle sera combative et donnera des ordres, elle criera et pleurera, parfois elle médira et blâmera le jeune époux…

La pauvre fille qui pour l’instant ignore tout de son mari et de leurs intérêts communs, hypnotisée par l’attitude pour le moins déstabilisante de sa mère, agira alors conformément à ses instructions et finira par se dire qu’effectivement, il n’y a rien de bien en lui. Et s’il ne se soumet pas et essaye de se faire entendre, les conflits deviendront de plus en plus durs. Il est même possible que l’obstination les conduise au divorce et parfois même vers l’irréparable, le meurtre et la criminalité. La plupart des maris se plaignent donc de leur épouse, des conflits à répétition, de l’ingérence et du harcèlement de leur belle-mère et des fausses accusations émises à leur encontre. Ils se disent parfois: « Elle enseigne soi-disant à sa fille, mais ne lui montre pas comment bien vivre ».

Voici à titre d’exemple, un échantillon des  préoccupations de l’époux :

(Javôd-M…) a écrit : « La mère de mon épouse est un démon, c’est un dragon, une vipère à deux têtes. DIEU comme la mère de mon épouse ressemble à un loup. Ma vie s’assombrit et devient amère à cause de l’emprise qu’elle exerce sur notre couple. Je voudrais me réfugier dans les montagnes et dans le désert, pour éviter de devenir fou. Je ne suis pas le seul à souffrir. Je pense que sur cent hommes, quatre-vingt-quinze endurent  les mêmes souffrances que moi. Les autres n’ont peut-être tout simplement pas de belles-mères ».

(Muhammad-F…) a écrit : « La mère de mon épouse intervient toujours dans nos choix. Elle nous dérange constamment. Elle se mêle toujours de nos affaires. Lorsque j’achète une chose, soit elle en critique la couleur en prétendant que je n’ai pas de goût, soit elle la trouve sans valeur ».

(Parviz-K…) a écrit : « Au jour d’aujourd’hui, trois fois nous avons failli divorcer à cause de la mère de mon épouse. Elle nous pique à chaque fois, comme un scorpion. A cause d’elle, sa fille me manque de respect et ne s’occupe plus des tâches ménagères. Chaque fois qu’elle vient chez nous, pendant une semaine notre vie devient un véritable enfer. C’est la raison pour laquelle je ne veux plus la voir ».[209]

La plupart des maris cherchent un remède efficace qui permette d’arrêter l’ingérence de leurs  belles-mères. Pour y parvenir, prenez des dispositions qui vous permettent de limiter d’un côté comme de l’autre, les visites et les échanges. Ne permettez pas à votre épouse de rendre visite à ses parents et empêchez-les de vous rendre visite. Ne tenez alors plus compte de leurs réactions. Opposez-vous à leur ingérence. Montrez leur votre ténacité et votre résistance.

Mais au début cette méthode assez inhabituelle se heurtera parfois à la résistance de l’épouse, parce que les liens de parenté entre une fille aimante et sa mère ne peuvent être coupés aussi facilement. Comment peut-on s’attendre à ce qu’une fille, qui a passé toute sa jeunesse dans les jupes de sa mère, couvée et protégée pendant des années au sein du giron familial, bénéficiant de l’affection, de l’amour désintéressé  et de la bienveillance de ses parents, prenne fait et cause pour son mari qu’elle ne connait pas encore tout à fait bien, fasse des efforts, le suive les yeux fermés et s’éloigne de  l’affection de son père et de sa mère ?

Jamais chose pareille ne sera possible. Et même si elle réussissait à se séparer d’eux, cela ne durerait que quelques jours, par manque de résolution. Elle sera peut-être patiente au début mais finira très vite par s’épuiser.

Cela peut-être dû à une fermeté excessive de son mari vis-à-vis d’elle.

Cette rigueur provoquera sa désobéissance et sa rébellion. Elle cherchera alors à se venger de lui en provoquant des disputes quotidiennes. Il est donc peu probable qu’elle parvienne un jour à se dissocier de sa mère, car elle ne pourra s’empêcher d’exprimer ses sentiments vis-à-vis d’elle. Parce qu’ils ne réussissent pas à se convaincre, la haine finira par s’installer entre eux. Et profitant de sa position devenue désormais centrale au sein du jeune couple, la mère incitera de manière directe et indirecte sa fille à la division, en l’opposant systématiquement à son mari, ce qui amplifiera de façon considérable les conflits familiaux.

Le divorce et la séparation cèleront alors le sort des mariés. Force est de constater que la plupart de ces divorces, sont provoqués par des jeux de dupes et des faux  semblants totalement absurdes.

Non seulement cette méthode n’a pas permis de corriger le problème, mais la situation est devenue pire. Elle pourrait alors conduire les belligérants au suicide, ou à l’assassinat et à la criminalité. S’il vous
plaît, notez les exemples suivants: 

La police indienne a déclaré que les relations entre l’époux et sa belle-mère, était l’une des principales causes des cent quarante-six suicides qui se sont produits l’an dernier à New Delhi.[210]

Un homme bouleversé par l’ingérence de la mère de sa femme, s’est suicidé.[211]

Un homme frustré par l’ingérence de la mère de son épouse, se jeta hors du taxi.[212]

Le marié a cassé un marteau sur la tête de la mère de son épouse. Il a ensuite poignardé le frère de son épouse au cœur et dans la tête avec un couteau et après s’être blessé, il a fini par s’enfuir.[213]

A cause de son exaspération, un homme nommé… a versé de l’eau bouillante sur la tête et le visage de la mère de son épouse. A l’hôpital après le premier traitement, le médecin déclara : « A cause de ses brûlures profondes et dangereuses, elle doit-être conduite à Téhéran ». La Dame, alors que sa mère se dirigeait vers Téhéran dit à son mari : « Nous nous sommes mariés à Shûshtar mais bientôt nous nous séparerons à Téhéran, parce qu’un mari tel que vous ne me convient plus».[214]

Nous en concluons donc que cette méthode n’est pas une bonne méthode et qu’il n’est donc pas nécessaire de l’appliquer.  Cependant en plus d’être raisonnables, il existe des moyens sûrs et profitables, à utiliser avec succès.

Deux points importants sont à noter :

Premièrement il est évident qu’au début du mariage, la mère de la Dame n’est ni hostile ni malveillante envers l’époux mais plutôt affectueuse, car c’est lui qui rendra sa fille heureuse. S’il est vrai qu’elle interfère au début dans la vie du couple, elle le fait par compassion et bienveillance, et non pas en étant animée d’une mauvaise intention. Bien sûr il est possible que ses conseils vous pèsent et que son ingérence envahissante vous déplaise, mais tenez aussi compte du fait qu’elle agit   peut-être par ignorance. 

Deuxièmement, la relation naturelle mère-fille ne peut être facilement scindé. Tenter de couper ce lien naturel au lieu de l’honorer et de le protéger, se retournerait contre son auteur. Il n’y a donc aucune raison valable, qui permette à un homme juste de mettre fin à la relation entre une mère et sa fille.

Il va s’en dire que l’homme veut être libre de profiter de l’affection de son père et de sa mère, et que sa femme aussi a des émotions et tient naturellement à l’amour de ses parents.

Que peut-on dire à ce sujet : La meilleure solution à ce problème, c’est que le mari se rapproche de la mère de son épouse mais aussi du reste de sa famille, qu’il privilégie pleinement les bonnes relations et le respect. Il devra leur exprimer son affection, être bon envers eux, et gagner leur amour. Il pourra les consulter et prendre en compte leurs avis. Et lorsqu’il rencontrera des problèmes dans sa vie, Il devra savoir quand et comment faire appel à eux.

Il devra écouter leurs suggestions et leurs conseils utiles. Il ne devra pas critiquer son épouse. Il devra les convaincre de sa loyauté, de sa fidélité et de son amour envers elle. S’ils lui prodiguent des conseils sur un sujet donné, qu’il en tienne compte. Mais si ceux-ci ne produisent pas l’effet escompté, qu’il ne leur en tienne pas rigueur. Dans ce cas, il devra avec respect et intelligence, douceur et attention, essayer de convaincre son épouse et ses beaux-parents du bien-fondé de ses choix. Et si malgré tout son épouse exprime son mécontentement et son opposition, il ne devra pas s’emporter contre elle puisqu’elle ne fera là, qu’exprimer son avis. Ils devront se concerter et s’entendre sur tous les sujets afin de déterminer les options les plus bénéfiques pour eux.

L’époux devra toujours garder à l’esprit que la tolérance envers sa belle-famille et les compromis, permettront une meilleure entente et un meilleur rapprochement des familles.

Le grand mystère de la réussite du mariage, réside véritablement dans la reconnaissance par les deux familles respectives du mari en tant que tel et de l’épouse en tant que telle, ainsi que dans la sincérité de l’amour et la pleine confiance qu’elles ressentent vis-à-vis d’eux. Toute personne qui obtient cela, verra la force et la volonté de son couple se renforcer. Il fera face aux difficultés de la vie, avec plus de détermination et de confiance en l’avenir. Il paraitra donc évident à tout un   chacun, que ce sont les hommes mariés eux-mêmes et non pas leurs belles-mères qui  sont à l’origine des problèmes de famille, parce qu’ils n’ont pas su dès le départ se comporter en véritables amis vis-à-vis d’elles et les rassurer sur l’avenir de leur fille.

Beaucoup d’hommes cependant, ont une bonne relation avec les parents de leur épouse et reçoivent de leur part la compagnie et le soutien.

Veuillez donc considérer les exemples suivants :

Un homme nommé Manouchahar… a écrit : « La mère de mon épouse est meilleure qu’un ange. Je l’aime plus que ma mère. Elle est douce, compatissante, compréhensive et généreuse. Je me confie souvent à elle. Elle est garante de la prospérité et du bonheur de ma famille.[215]

Bien sûr qu’il existe des belles-mères têtues, ignorantes et égoïstes, incapables de comprendre la portée de leurs actes, de corriger leur comportement et de stopper leur ingérence. Ne vous mettez pas en colère, ne soyez pas violents et n’entrez pas en conflit contre elles. Soyez dans la mesure du possible doux, tolérants et ayez une bonne éthique à leur opposer, car il se pourrait que cela réduise leurs défauts et empêche bel et bien, l’effondrement de vos foyers conjugaux.

L’homme doit absolument s’entendre avec son épouse. Il doit lui exprimer son affection pour gagner et remplir son cœur de confiance. Et lorsque sa mère s’est ingérée injustement dans leurs affaires de  couple, qu’il lui explique avec respect et tente de lui prouver sereinement qu’elle n’a pas forcément recherché auparavant la meilleure issue à leurs problèmes.

Si l’homme sage avec sa bienveillance, sa tolérance, sa bonne moralité et son bon discernement tient compte des goûts de son épouse et s’accorde totalement avec elle, tous les problèmes y compris ceux liés à sa belle-mère finiront par se résoudre et les liens sacrés du mariage seront sauvegardés.

L’Imam Ali (as) a dit : « Gagner un ami, c’est la moitié de la raison ».[216]

Hazrat Ali (as) a également dit : « Etre proche des gens et avoir les bonnes manières vis-à-vis d’eux, leur évitera d’être méchants et de faire le mal ».[217]

Il a été aussi rapporté de l’Imam (as) : « Avec quelqu’un de violent et de vulgaire en face de vous, soyez tolérant et doux, et peut-être qu’avec cette méthode il changera ».[218]

Et ailleurs l’Imam Ali (as) a dit : « Soyez proche et bon avec l’autre. Abstenez-vous de la violence et de la séparation ».[219]

 


[209] Journal hebdomadaire (Etilaat Haftégui) n°1646.

[210] Journal Kihôn 15 Farvardine 1352.

[211] Journal Etilaat 12 Ordibéhécht 1349.

[212] Journal Etilaat 13  Ordibéhécht 1349.

[213] Journal Kihôn 4 Esfand 1350.

[214] Journal Etilaat 14 Esfand 1350.

[215] Journal hebdomadaire (Etilaat Haftégui) n°1646.

[216] Biharou-Anwar 74/168.

[217] Masdar sâbiq  74/168.

[218] Masdar sâbiq 74/168.

[219] Masdar sâbiq 400.