Les économies familiales

Les économies familiales

Le versement de la pension alimentaire par le mari est obligatoire du point de vue de la loi (Charia’), il doit également assurer toutes les dépenses de la famille. Il sera religieusement et légalement tenu responsable, du versement de cette somme de subsistance pour la famille.

Cependant, certaines épouses et certains enfants ne mettent aucunes limites dans leurs exigences excessives et il n’est pas bon que l’homme obéisse sans émettre au préalable des conditions.

L’homme sage et mesuré, devra tenir un compte exact des revenus et des dépenses familiales. Il établira une liste des accessoires et des objets selon leur importance, en fonction des besoins et des nécessités de la famille. La nourriture et l’habillement seront prioritaires sur toutes autres choses. Il devra réserver une partie des revenus de la famille, pour les évènements de la vie tels que la maladie, le chômage et le ralentissement de l’activité économique. Il pourra éventuellement épargner une part de ces revenus, pour la location ou l’achat d’une nouvelle maison. Il lui faudra penser à l’argent de l’eau, du téléphone, des taxes et aussi prévoir les frais à effectuer pour les enfants. Il devra aussi considérer la nécessité de posséder des meubles. Puis le revenu devra être divisé selon un ordre de priorité correspondant aux besoins. L’excès et le gaspillage, devront être proscrits, il évitera ainsi de se prendre les pieds dans le tapis. Les familles qui auront su avec sagesse et prudence tirer profit de leurs revenus, en équilibrant les dépenses par rapport aux économies, ne vivront pas la mauvaise expérience de la dette et de la faillite. Ils profiteront au contraire allègrement, d’une vie décente et pleine d’allant.

Allah Le Généreux considère l’épargne et la modération comme des marques de foi. Le Saint Coran nous dit : « (Les serviteurs de DIEU sont) ceux qui ne se montrent ni prodigues ni avares lorsqu’ils dépensent et observent entre les deux (attitudes) un juste équilibre ».[230]

L’Imam Jafar a-Sâdiq (as) a dit: « Je garantis à une personne qui respecte l’économie, qu’il ne sera jamais pauvre ».[231]

L’Imam Jafar a-Sâdiq (as) a également dit: « Quatre catégories de personnes dont les prières ne seront pas acceptées : L’un d’entre eux est une personne qui après avoir gaspillé ce qu’il possédait a dit : « Oh SEIGNEUR donne-moi de tes bienfaits. » DIEU lui répondit : « Ne vous ai-Je pas ordonné d’économiser ? » ».[232]

Abd Allah ibn Abân a dit : « J’ai demandé à l’Imam Mussa ibn Ja’far (as) comment être charitable envers sa famille : Il (as) m’a répondu : « Le gaspillage et la cupidité sont tous deux détestables. La modération ne doit pas être perdue ».[233]

L’homme sage et prévoyant, évitera autant que possible de contracter un crédit et de s’endetter. Pour vos dépenses n’empruntez pas, car une économie basée sur l’endettement auprès d’une banque ou d’un autre établissement équivalent, n’est acceptable ni du point de vue religieux, ni fondée du point de vue rationnel.

Acheter à crédit peut donner l’illusion de vivre une belle vie mais malgré cela, la famille sera privée de joie et de confort.  Est-il nécessaire d’acheter à des prix élevés des produits non essentiels, tels les tapis, les téléphones, les réfrigérateurs, les cuisinières, les voitures, les télévisions etc… et aider ainsi au financement des banques et autres établissements à crédit ? Ne serait-il pas mieux et plus rationnel, de parvenir à une meilleure situation financière qui permette d’avoir accès, à des produits de qualité et vraiment moins chers ?

Il est important pour l’être humain de trouver de l’argent pour vivre, mais sa science de l’existence et sa manière de consommer, sont hautement plus importantes. En effet, bon nombre de familles percevant de bons revenus, croulent sous le poids des dettes et de la dépendance. Alors qu’à contrario, bon nombre de familles ne percevant pas de grands revenus, mais bénéficiant d’une bonne orientation, vivent de façon honorable, dans un bien-être étonnant et un confort de vie total.

La différence entre ces deux groupes de familles réside, dans l’intelligence de vie et la science des subsistances de l’une, par rapport à l’autre.

Ce sera donc avec sagesse et prudence, que le bon père de famille prendra en charge les économies de la famille. Et s’il délègue ce travail à une tierce personne, il n’en demeurera pas moins le superviseur.

Il est important de rappeler qu’en cas de bon fonctionnement des finances familiales, le mari devra se montrer raisonnable envers sa famille, en ne faisant pas preuve de rigidité à son égard et permettre à ses membres de mieux se vêtir, de mieux se nourrir et pourquoi pas de s’installer dans une maison plus confortable.

Ne thésaurisez pas vos richesses et vos biens, car ils devront rester dans ce bas monde.      Servez-vous en plutôt, pour assurer les frais de subsistance de votre famille. Les traces de richesse d’un homme se trouveront dans les ressources alimentaires et dans le bien-être vestimentaire qu’il aura su garantir à sa famille. D’un côté comme de l’autre, quel avantage tireriez-vous d’une vie passée à amasser des biens et à déposséder les vôtres du bien-être et du bonheur familial? Ne savez-vous pas que c’est de votre vivant que vous devrez assurer à votre  épouse et à vos enfants une nourriture saine et équilibrée, des vêtements de qualité et leur éviter lors du partage de vos biens, un conflit généralisé ? L’être humain reconnaissant verra à travers le développement de sa famille, la marque d’une bénédiction de DIEU. Il obtiendra alors de Sa part, une bonne nourriture et des vêtements de qualité et cueillera pour sa famille, les fruits saisonniers d’une belle gérance.

Le Saint Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit : « Il n’est pas d’entre nous celui qui possède des biens et des richesses en grande quantité, tout en étant dur envers les gens et envers sa femme ».[234]

L’Imam Mussa ibn Ja’far (as) a dit : « Les épouses de l’homme sont ses captives. Donc celui à qui DIEU donne une bénédiction doit augmenter les dépenses pour ses prisonnières sinon, il est possible que DIEU lui retire ses bienfaits ».[235]

L’Imam Redha (as) a dit : « Est équitable l’homme qui accroit les dépenses pour ses femmes au point de ne pas les laisser espérer sa mort ».[236]

L’Emir des croyants (as) a dit : « Pour satisfaire les hommes et les femmes chaque vendredi, il vous est possible de vous approvisionner en fruits, en espérant l’arrivée du vendredi suivant ».[237]

 

[230] ALFURQÂN (La Distinction) : Verset 67.

[231] Wasā'il al-Shīʿa 15/258.

[232] Masdar sâbiq 261.

[233] Masdar sâbiq 261.

[234] Moustadrakou Alwassail 2/643.

[235] Biharou-Anwar 104/69.

[236] Wasā'il al-Shīʿa 15/249.

[237] Biharou-Anwar 104/73.