La discipline de l’époux

La discipline de l’époux

L’époux et l’épouse sont les membres d’une famille vivant dans la même maison. Ils doivent s’assister dans la gérance dudit foyer et mettre à profit leurs différences. Certains hommes voudraient tout contrôler chez eux et soumettre leurs épouses à leur dictat. Parfois la femme aura le même souhait. Cela bien évidemment, créera des désaccords et des conflits entre les époux. Donc la meilleure solution pour obtenir une entente entre eux sera d’arrêter d’interdire et d’arriver à une connaissance et une compréhension des différences de l’autre, par le dialogue. Sans faire preuve d’entêtement ni user d’intimidation, ils parviendront facilement à un accord pérenne. Bien entendu aucun d’entre eux n’aura le droit d’imposer son opinion à l’autre ni de le forcer à agir selon ses propres désirs. Et en cas de non-respect des lois, seul un Juge juste et équitable aura le droit de réprimander ou de punir.

Certains hommes parce qu’ils sont censés être les gardiens et les chefs de famille, utilisent ce devoir à des fins personnelles et finissent par le dénaturer. Un homme injuste peut en effet tenter d’imposer à son épouse ce que son cœur désire et en cas de désobéissance de sa part la blâmer et chercher à la punir. Ces hommes pensent qu’ils ont le droit de réprimander, de frapper et de contraindre leurs épouses. Ils utilisent pour cela des méthodes dignes de la Jâhilîya, preuve de leur grande ignorance, de leur absence d’émotion et de leur manque d’humanité.

Le Prophète de l’Islam (PBDLF) a bondi et s’est dressé contre ces actes indécents en disant : « Chaque homme qui frappe le visage de son épouse, DIEU ordonne à Mâlek (as) l’Ange de l’Enfer de le frapper soixante-dix fois sur le visage dans l’Enfer, et tout homme qui pose sa main sur les cheveux d’une femme musulmane pour la harceler ou lui prendre ses cheveux, des clous ardents seront enfoncés dans sa main en Enfer ».[149]

En d’autres termes, il est interdit de frapper une femme, mais la corriger dans le cadre d’une punition obligatoire est permis.[150]

Le Saint Prophète de l’Islam (PBDLF) a également dit: « Chaque homme qui frappe sa femme plus de trois fois, Dieu Le Jour de Jugement dévoilera son acte devant les premiers et les derniers ».[151]

Le Saint Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit aussi: «Je m’étonne de celui qui frappe sa femme alors qu’il devrait être frappé le premier. Ne frappez pas vos femmes avec le bois, car dans le bois se trouve le talion ».[152]

L’homme qui opprime sa femme en la battant est un oppresseur. Il sera puni dans ce monde et dans l’au-delà, car c’est une injustice faite aux femmes. Elle se retrouvera à cause de lui privée de confort et de tranquillité. Il doit être compatissant et aider son épouse à régler les problèmes, par le dialogue. Lorsque par le mariage Allah Glorifié soit-Il confie une femme à un homme, elle devient pour lui un dépôt divin. En la maltraitant, il marque son infidélité vis-à-vis d’Allah Tout-Puissant et de la confiance qu’Il a placé en lui. Un tel comportement est-il digne de la confiance qu’Allah Le Généreux a placé en nous ?

L’Imam Ali ibn Abi Tâleb (as) a dit : « Les femmes sont confiées aux hommes. Elles n’ont pour elles ni intérêt ni mal. Elles sont pour vous des dépôts d’Allah Glorifié soit-Il, ne leur faites pas de mal et ne soyez pas durs envers elles ».[153]

Un homme qui bat sa femme, outre les blessures physiques qu’il pourrait lui causer infligera en plus à son âme, de grandes souffrances qui pourraient la fragiliser et la rendre plus facilement sujette à la déprime, au développement de troubles émotionnels, sychosomatiques, du sommeil, de l’alimentation et lui faire perdre son intérêt et son amour pour sa famille. La violence conjugale détruit la paix ainsi que l’amour entre les époux et désintègre les familles. Comment un homme peut-il ainsi battre et dégrader une femme ? C’est vraiment une honte !

Le Saint Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit: « Comment l’un d’entre vous peut-il frapper sa femme et l’embrasser ensuite ? »[154]

Donc lorsque le mari n’a aucun droit religieux, légal et moral à faire valoir, il ne peut obliger son épouse à faire une chose. Il ne lui est pas religieusement permis de la contraindre pour les tâches ménagères comme par exemple le nettoyage de la maison, la préparation des repas, la lessive et la vaisselle, le babysitting, la couture, le tissage, la broderie... Bien que les femmes fassent volontiers toutes ces tâches, cela ne fait pas partie de leurs devoirs. Lorsqu’elles le font, leurs maris doivent les remercier et les encourager. Mais si elles ne le font pas ou le font mal, il ne trouvera aucune voie contre elles pour les punir.

L’Islam prescrit la peine pour le non-respect de la loi et ce, dans deux cas précis: Tout d’abord, l’homme a religieusement et légalement le droit de chercher la satisfaction et le plaisir sexuel auprès de son épouse et il peut utiliser ce droit chaque fois qu’il en ressent le désir. Son épouse est religieusement et légalement tenue de respecter les désirs de son mari et de se mettre à sa disposition. Si elle ne veut pas, il n’y aura pas de problème. Essayer de la convaincre. Si elle  refuse, le meilleur homme lui offrira un cadeau afin de gagner son cœur. S’il n’a jamais eu l’intention de l’offenser et malgré cela elle s’entête à lui désobéir, l’homme a le droit de recourir à la peine avec précaution et en respectant les étapes prescrites.

Dans un tel cas le Saint Coran nous dit : « Quant à celles dont vous redoutez la rébellion (lors de vos rapports), faites-leur la morale, si ce n’est pas efficace éloignez-vous d’elles dans leurs lits, si ce n’est pas efficace corrigez-les, mais si elles vous obéissent conformément aux prescriptions divines, ne leur cherchez pas querelle. Remarquez que DIEU est Sublime et Grand. »[155]

Le Tout-Puissant dans ce verset permet à l’époux de punir la désobéissance de son épouse lorsqu’elle refuse de satisfaire ses désirs charnels légitimes, sans l’intention de la harceler. Trois étapes sont nécessaires : D’abord lui donner des conseils et essayer de la convaincre, ensuite lui tourner le dos dans le lit conjugal et enfin la corriger sans dépasser la limite légale et sans commettre de cruauté.

Dans ce cas l’homme doit prêter attention à plusieurs points :

1°) Le but est un besoin de réforme d’ordre éducatif et non pas la vengeance.

2°) A la main ou à l’aide d’un bâton en bois mince et léger.

3°) Laisser la moindre trace noire ou rouge sur la peau n’est pas autorisé et est passible d’une amende et d’une condamnation pécuniaire.

4°) Il n’est pas autorisé de toucher les parties sensibles du corps telles que la tête, les yeux et l’abdomen.

5°) La punition physique doit être facile pour elle, afin de ne pas laisser de haine dans son cœur et ne pas la rendre encore plus rebelle et tenace.

6°) Se rappeler que vivre dans la joie et la simplicité ensemble est primordial et que l’amour de la famille ne doit pas disparaitre.

7°) Un homme n’a pas le droit de corriger son épouse si elle se refuse à lui dans les cas suivants : En période de menstruation, le jeûne du mois de ramadan, lors du Pèlerinage et lorsqu’elle est malade. Dans ces cas il lui est strictement interdit de la punir. 

Le deuxième cas où l’Islam prescrit la peine pour le non-respect de la
loi, c’est lorsqu’une femme quitte la maison sans la permission de son mari, ce qui est un péché.

Le Noble Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit d’une femme qui quitte la maison sans la permission de son mari: « Toute femme qui quitte la maison sans la permission de son mari, sera maudite par tous les Anges (as) et tout ce qui se passe au-dessous d’eux des djinns et des
hommes, jusqu’à ce qu’elle retourne chez elle ».[156]

Cela revient à dire que ce droit du mari doit-être obligatoirement respecté par l’épouse. Toutefois celui-ci doit la rassurer et ne pas être strict avec elle. Il est préférable de la laisser sortir autant de fois qu’elle le désire. Ce droit n’est pas là pour vous permettre de faire pression et d’écraser votre femme, mais plutôt pour l’empêcher de se rendre dans des lieux dangereux, indésirables, inappropriés et ainsi préserver son intégrité et celui de la famille. Avoir l’esprit étroit ne sera bénéfique pour personne. Cela pourrait affecter la bonne marche de la vie du couple et conduire l’épouse vers la défiance vis-à-vis de son mari et l’inciter à s’écarter du droit chemin.

Cependant dans certains cas, une femme peut quitter le domicile conjugal sans la permission de son mari et celui-ci n’a pas le droit de le lui interdire :

1°) Sortir de la maison pour apprendre les éléments essentiels de la religion.

2°) Si elle peut se permettre de voyager à la Mecque.

3°) Sortir de la maison pour rembourser une dette, si le paiement n’est pas possible sans sa présence.


[149] Moustadrak Alwassail 2/550.
[150] Moustadrak Alwassail 2/550.
[151] Moustadrak Alwassail 2/550.
[152] Biharou-Anwar 103/249.
[153] Moustadrak Alwassail 2/551.
[154] Wasā'il al-Shīʿa 14/119.
[155] ANNISÂ’ (Les Femmes) : Verset 34.
[156] Wasā'il al-Shīʿa 14/154.