Recevoir des invités

Recevoir des invités

Un évènement qui se produit plus ou moins souvent dans chaque famille, c’est l’accueil des convives. Et il est une bonne chose à mettre ici en valeur, l’hospitalité envers eux. Un bon accueil éloignera le ressentiment et la haine, pour ne laisser dans les cœurs qu’une belle entente, mêlée d’affection. Il n’est donc pas étonnant qu’un voyage organisé entre quelques parents, votre famille et quelques amis précieux, soit l’un des meilleurs loisirs à réaliser.

Le Saint Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit : « La nourriture de l’invité descend du ciel. Lorsqu’il la mange, les pêchers de son hôte son pardonnés ».[272]

L’Imam Ali ibn Mûssa Redha (as) a déclaré: « Quelqu’un de généreux mange la nourriture des gens, jusqu’à ce qu’ils mangent eux aussi sa nourriture. Mais l’avare ne mangera pas la nourriture des gens, de peur qu’ils ne mangent la sienne ».[273]

Le Noble Prophète de l’Islam (PBDLF) a dit : « La compagnie des amis engendre l’affection ».[274]

L’Imam Muhammad Taqi (as) a dit : « S’assoir avec des amis même un petit instant vivifie le cœur et la raison ».[275]

Dans les eaux tumultueuses de la vie, l’esprit humain aura besoin de tranquillité. Et quelle meilleure paix que celle trouvée dans un groupe d’amis et de parents fidèles? Pour oublier les problèmes de la vie quotidienne, se détendre, se ressourcer et renforcer les liens d’amitié, rien de tel qu’une assemblée bienveillante, enveloppée de paroles douces et réconfortantes.

Oui l’hospitalité est une très bonne tradition et personne ne trouvera bon de le nier. Mais deux grands problèmes viendront contrarier l’application de cette belle coutume.

Premièrement les dépenses somptuaires, la recherche de commodités coûteuses ou de biens raffinés et superflus, souvent par goût du faste ou désir d'ostentation, ont rendu l’existence des gens difficile. Auparavant, se procurer de l’équipement ménager et des accessoires de maison, répondait à l’exigence de développement et de confort des familles. A présent, aménager son appartement est devenu un moyen de mettre ostensiblement ses richesses en valeur. Sans moyens financiers suffisants pour se permettre ce genre de lubies et effrayées à l’idée de paraitre démodées, certaines familles n’accueilleront plus d’invités. Peut-être que la plupart des gens aimeraient recevoir des convives et voyager en compagnie d’amis et de parents. Il leur faudra donc dépasser ce sentiment puéril et égocentrique de dévalorisation sociale, pour éviter de se retrouver pieds et poings liés dans cette vie et perdant dans l’au-delà.

Chère Dame ! Si vos convives arrivent dans votre maison, en espérant y trouver toutes sortes de produits luxueux, conseillez-leur de se rendre dans un magasin spécialisé ou dans un musée. Ou bien vivez-vous au milieu d’une exposition d’objets de luxe? C’est donc avec plaisir et pour se détendre que l’on se rendra chez ses amis, mais certainement pas pour se vanter, ni pour se pavaner.

L’invité n’est pas là pour s’afficher, ni pour se remplir le ventre, ni pour scanner la maison de son hôte, à la recherche d’un signe extérieur de richesse. En recevant vos convives avec simplicité, vous vous libèrerez de ces mauvaises habitudes qui vous emprisonnent et vous rendrez votre existence beaucoup plus saine. Vous consoliderez ainsi vos liens d’amitié et vos hôtes se sentiront bien. Donc avec un peu de courage, ce problème sera facilement résolu.

Deuxièmement, recevoir des invités demande beaucoup de travail en amont. Une Dame passera en général quelques heures dans la cuisine. Malheureusement, il se peut qu’elle ne sache pas cuisiner. Elle et son mari ne voudront pas se sentir mal à l’aise devant les invités, ni dépensé leur argent inutilement. Ce genre de situation peut pousser certaines familles à ne plus recevoir personne.

Voici à présent deux situations possibles et à vous de choisir celle qui vous convient le mieux :

Premier exemple : L’homme est entré à la maison et a annoncé à son épouse que vendredi soir, ils auraient une dizaine d’invités à la maison.

Elle a de mauvais souvenirs des invitations passées, les pulsations de son cœur s’accélèrent et elle commence à se plaindre. Il va donc la supplier et tenter de la convaincre. Elle finit par accepter et à partir de ce jour jusqu’au jeudi, l’inquiétude et l’anxiété prendront le dessus. Ils font donc la liste des choses à acheter. L’homme ou la femme partira faire les courses et rentrera à la maison. La Dame commencera difficilement son travail. Elle devra faire la cuisine, nettoyer la maison et faire la vaisselle. Elle voudra hacher les herbes mais ne trouvera pas le couteau. Elle cherchera le sel et se rendra compte qu’il n’y a plus de tomates à la maison. Elle enverra donc une personne au marché. Elle fera frire les poulets, coupera la viande, trempera le riz dans l’eau, nettoiera les légumes… Fatiguée par ses efforts, elle finira par s’emporter contre sa fille et son fils. Lorsqu’elle terminera son travail, elle se dira : « SEIGNEUR que puis-je faire de plus ? ».

La sonnerie de la maison retentit, les invités rentrent l’un après l’autre. Conscient de  l’inquiétude de son épouse, le mari installe les invités dans le salon et après les salutations et les compliments, il s’aperçoit que le thé n’est pas prêt. Il demande à ses enfants de le préparer.

Après une heure de temps le thé arrive. Il se rend compte alors qu’il n’y a pas suffisamment de sucre. Une fois le sucre acheté et ramené à la maison, il sert enfin le thé aux invités. Il est avec eux mais son esprit est dans la cuisine. Il sait ce qui s’y passe et cela l’inquiète. Ses paroles sont douces mais son sourire est froid et crispé car il appréhende la suite des évènements. Les femmes parmi les invités commencent à réclamer la maitresse de maison. Il doit alors leur expliquer qu’elle est toujours dans la cuisine. Les lèvres sèches et tremblantes, elle viendra de temps en temps voir ses convives, mais devra retourner très vite à ses fourneaux. Bien évidemment, il lui sera très difficile de réussir son repas. Elle devra encore nettoyer les légumes, préparer les yaourts et la salade. Une fois le repas servi, les invités pourront manger et dire au revoir.

Le résultat sera le suivant :

Tout d’abord, les aliments étaient soit trop salés soit pas assez, brulés ou pas assez cuits. Certaines préparations ont peut-être été oubliées dans la cuisine et n’ont pas été servies aux invités.

Deuxièmement la Dame est épuisée physiquement et moralement. Depuis le début de la journée elle n’a pu s’accorder, ne serait-ce qu’un petit moment de repos.

Troisièmement, le mari en veut à son épouse. Il est triste et déçu d’avoir dépensé autant d’argent inutilement, car pour lui le repas n’était pas bon.

Quatrièmement, il peut décider de ne plus recevoir personne chez lui. Pour ne pas causer d’ennuis au couple, les invités pourraient eux aussi décider de ne plus accepter ses invitations. Ils regrettent même peut-être d’être venus.

Je suis sûr qu’aucun des lecteurs n’aimerait vivre ce type d’expérience plutôt gênante et angoissante.

Connaissez-vous la cause de tout cela ? La seule raison, c’est l’inexpérience et le manque de motivation, car recevoir des invités n’est pas une si grande affaire.

Considérons maintenant un deuxième exemple :

L’homme entre chez lui et dit à son épouse : « Dix de nos amis viendront diner samedi soir ». Son épouse lui répond : « Eh bien, on leur prépare quoi pour le diner ? ». Ils se consultent et choisissent un menu pour leurs invités. Ils le note ensuite sur un papier, avec les éléments nécessaires pour sa réalisation. Pour être sûr de n’avoir rien oublié, ils relisent avec attention leurs notes. Avec l’aide des enfants, des hommes et des femmes de la famille, ils commencent à nettoyer et à préparer les légumes, les pommes de terre et les oignons. Ils remplissent les salières et apprêtent le sucre concassé. Tout doit être prêt pour le diner.

Le lendemain matin après le petit déjeuner, s’occuper du lavage et de la coupe de la viande pour la cuisson. Préparez également les poulets et les pommes de terre. Après votre déjeuner, reposez-vous et finissez ensuite le reste du travail.

Vous pourrez ainsi terminer tranquillement la préparation de vos plats, ranger et organiser la maison sans aucune précipitation. Vous aurez suffisamment de temps pour préparer le thé. Lorsque les invités arriveront, l’épouse pourra être auprès de son mari pour accueillir les invités et leur servir le thé. Elle pourra se rendre de manière épisodique dans la cuisine pour vérifier que tout va bien. Le moment venu, son mari et ses enfants pourront l’aider à servir le repas. Les invités passeront une bonne soirée et s’en iront satisfaits.

Le résultat sera le suivant :

Tout d’abord, les invités se régaleront tout en appréciant la compagnie de leurs hôtes. Leurs souvenirs de cette nuit-là seront nombreux et inoubliables. Ils se souviendront des talents culinaires de la maitresse de maison et de sa maitrise de l’organisation.

Ensuite, le mari aura passé un bon moment avec ses amis. Il sera reconnaissant envers son épouse et fier d’elle. Ils seront désireux d’accueillir de nouveaux invités et d’entretenir cette belle tradition.

Et la Dame de la maison en prouvant son mérite et sa compétence, aura gagné le cœur de son mari.

Maintenant chers lecteurs ! Choisissez et utilisez le meilleur des deux procédés.

 


[272] Wasā'il al-Shīʿa 16/557.

[273] Masdar sâbiq 520.

[274] Biharou-Anwar 74/355.

[275] Masdar sâbiq 353.