Monsieur ! Pardonnez les erreurs de votre épouse

Monsieur ! Pardonnez les erreurs de votre épouse

En dehors des Infaillibles (la Paix de DIEU soit sur Eux), tout le monde commet des erreurs. A bien des égards, nous sommes tous hommes et femmes soumis à cette même imperfection. L’épouse dans sa vie de couple, peut commettre des erreurs. Elle peut être par exemple vulgaires, tenir des propos obscènes ou moqueurs, agir contre la volonté de son mari, crier, tout ceci sous le coup de l’ignorance ou de l’insouciance. Ces pratiques in extenso, se produiront plus ou moins dans chaque famille.

A n’en pas douter, le bonheur aura une place centrale dans la réalisation du couple, et tout ce qui de près ou de loin encouragerait son
altération, devra en être écarté. Très peu de couple réussissent à accomplir cela, car la majorité d’entre eux ne produit pas l’effort nécessaire pour corriger les erreurs plus ou moins grandes et les mauvais penchants plus ou moins marqués.

Certains hommes pensent qu’en étant rigoureux avec leurs épouses et qu’en leur imposant des mesures  drastiques, ils réussiront à les préserver des écarts de conduite et de l’immoralité.

Mais l’expérience a prouvé qu’aucun programme imposé, ne trouve d’issue favorable. Celui qui agit ainsi mettra son épouse sous pression et la mènera à l’inverse de ce qu’il désirait. Elle peut mal tolérer toute cette rigueur imposée par son mari. Avec l’utilisation de ce procédé abêtissant, certaines épouses concluront qu’une telle méthode constituée de pénibles   prescriptions, ne lui permet pas de se libérer. Elle désavouera son mari et commencera à le mépriser.

Elle se dira peut-être: « Puisque mon mari ne laisse passer ni mes erreurs ni mes dérapages, fusses-t-ils mêmes involontaires, alors à quoi bon continuer à l’écouter. » Elle pensera alors que le mieux qu’elle puisse faire maintenant pour se préserver, sera de ne plus lui prêter attention, lui être désagréable, s’opposer à lui et lui désobéir.

D’autres, fatigués de lutter contre les comportements excessifs de leurs épouses, préfèreront leur laisser une liberté totale. Ils choisiront alors de fermer les yeux et de se boucher les oreilles, comme si de rien n’était. Plus un seul reproche, fini les obligations et pour ainsi dire pour elles, la liberté totale. Son sentiment de victoire et de délivrance semblent dorénavant la rendre totalement indifférente à tout ce qui viendrait de lui. Son mari est un imbécile qui ne sait pas comment lui rappeler qu’il l’a épousée en échange de son bon comportement. Cette situation si elle perdure, les mènera au divorce et à la séparation.

Ils souffriront de cette rupture et auront beaucoup de mal à reprendre une nouvelle vie.

Par conséquent pour vous réformer, n’utilisez pas des méthodes strictes et sévères, car vous obtiendrez de mauvais résultats. Vous trouverez un échantillon de ces mésaventures, raconté entre vos amis et vos connaissances, ou dans les pages de magazines et de journaux à succès.

Soyez modérés dans votre approche du problème et raisonnables dans les solutions que vous lui apportez. Pardonnez à votre épouse les petites maladresses, les étourderies, les erreurs par omission et par méconnaissance. Bien entendu, vous ne l’aiderez pas en lui criant dessus. Vous avez certainement d’autres combats à mener pour votre famille, qui nécessiteront plus de fermeté de votre part. Dites-lui surtout que vous seriez heureux qu’elle ne réitère pas ses erreurs.

Vous devrez lui expliquer posément les mauvaises retombées de ses actes, lui pardonner et oublier. Cette méthode sera très efficace pour vous garantir le succès. Grâce à vos bons conseils et votre bon comportement, vous récolterez les fruits du respect et d’une attention réciproque. Si vous pouviez vous engager vers une meilleure relation entre vous et votre épouse, basée sur l’écoute, l’empathie et le bon comportement, vous l’aideriez très efficacement à se réformer. Ecoutez-la, appréciez-la et remerciez-la pour ses points de vue. Vous devez l’assister lorsqu’elle fait une erreur par inadvertance. A chaque fois pardonnez-lui et oubliez. L’étroitesse d’esprit, la rigueur et l’austérité pourront vous mener au divorce ou même parfois à la criminalité et à son point culminant, le meurtre. Soyez sage, respectueux, agissez avec douceur et ayez un bon comportement. Tenir ce cap avec ténacité et force, sera alors comparable à une œuvre de miséricorde et de pardon.

Ce sujet est si sensible, que le Saint Législateur de l’Islam (PBDLF) à donner le droit à l’épouse, de recourir aux bons conseils de son mari, et comme prescription pour l’époux, l’obligation de les lui dispenser avec sagesse.

L’Imam Ali ibn Abi Tâleb (as) a dit : « Coopérez avec les femmes en tout temps et en toute circonstance et ce faisant, vous pourrez rendre leurs actions meilleures ».[111]

L’Imam Sajjâd (as) a dit : « C’est un droit légitime de l’épouse, d’être bien traitée par son époux. Parce qu’elle est sous sa protection, il doit la nourrir, l’habiller et lui pardonner ses actes commis par méconnaissance».[112]

Il a été demandé à L’Imam Jafar a-Sâdiq (as) : « Quels sont les droits d’une femme vis-à-vis de son mari qui s’il les appliquait, feraient de lui un homme bon ? » L’Imam (as) répondit : « Il doit la  nourrir, la vêtir et pardonner ses erreurs commises sans le savoir ».[113]

Le Saint Prophète(PBDLF) a dit : « La femme est comme un os courbé. Si vous essayez de la  redresser, vous la briserez ».[114]

L’Imam Jafar a-Sâdiq (as) a dit: « Quelqu’un qui punit ses subordonnés pour des erreurs  mineures, ne devrait pas s’attendre à être un grand dirigeant ».[115]

 


[111] Biharou-Anwar 103/223.
[112] Masdar sâbiq 74/5.
[113] Shâfi vol. 2 page 139.
[114] Wasā'il al-Shīʿa 14/123.
[115] Biharou-Anwar 75/272.